L‘arbre fonctionne à 100% !

Jusqu’à présent il a vécu sur ses réserves. Comme il n’avait ni feuilles, ni radicelles actives, il a puisé son énergie dans ses réserves. Celles-ci ont été accumulées pour la dernière fois du cycle végétatif l’année dernière en fin d’automne. Vous comprendrez que plus l’arbre a des réserves et plus le démarrage sera puissant et efficace. C’est à partir des amidons que les bourgeons vont fabriquer les feuilles qui prendront très vite le relais.

 

Rempotages ; engrais ; ligaturage. Boutures. Arrosage tous les jours.

QUE FAIT VOTRE BONSAÏ

Pleine puissance pour le métabolisme des bonsaï. Les bourgeons s’ouvrent, les feuilles se développent. Les radicelles fonctionnent à plein régime. Attention au gel qui peut endommager les pousses tendres ou les bourgeons à peine éclos.

FERTILISATION

Arbres en formation et jeunes : beaucoup d’azote c’est-à-dire un engrais avec un N plus élevé que les P et K. Engrais organique solide ou liquide

En engrais liquide on fertilise toutes les semaines, en solide tous les 15 jours à un mois.

On peut ajouter un « humigène » c’est-à-dire un terreau très composté en surface.

Les engrais foliaires peuvent être utilisés s’ils sont riches en oligo éléments. En effet, un apport d’oligo-éléments est nécessaire à cette époque de l’année. Mais il est préférable de les utiliser en arrosage.

Attention aux engrais chimiques qui sont instantanés mais qui peuvent brûler les racines et qui ne contiennent pas d’oligo-éléments. Enfin, si vous utilisez des engrais pour plantes en pots, utilisez les aux doses prescrites, pas à demi dose comme on le dit parfois.

ARROSAGE

Arbres en formation : beaucoup d’eau et régulièrement.

Arbres matures : arrosages réguliers mais modérés, comme l’engrais, pour éviter l’apparition de feuilles trop grandes et d’entre-nœuds trop longs.

TRAITEMENTS

Ce sont les insectes parasites qui doivent être dépistés car ils peuvent pulluler sur des arbres très fertilisés : cochenilles, pucerons en particulier.

TRAVAUX

Sortez vos arbres des serres froides ou des abris. Tournez-les régulièrement pour qu’ils soient éclairés d’une façon identique sur les quatre faces.

Greffes : possibles sur les feuillus

Conifères : rempotage et greffe possibles. Arrosez les modérément à partir de la fin du mois pour que les nouvelles aiguilles soient petites.

Erables : pincement des bourgeons à leur éclosion pour éviter l’allongement des entre-nœuds. Quand le bourgeon s’ouvre, deux petites feuilles se déploient. Puis un petit rameau héberge entre elles. C’est lui qu’il faut pincer, c’est-à-dire enlever avec les ongles avant qu’il ne pousse et que les feuilles ne se déploient.

Azalées : rempotage possible avant la floraison au début du mois. Vous pouvez aussi les ligaturer avec prudence. Le bois n’est pas encore trop cassant. Il le deviendra quand la sève coulera à flots de mai à juillet.

Arbres à fleurs et fruitiers : tailles de structure après la floraison.

Feuillus : tailles de densification. Taillez les nouveaux rameaux à 2 nœuds afin d’une part de les rapprocher du tronc et d’autre part de permettre qu’une ramification se fasse 2 par 2. Cette taille densifie aux extrémités, pas en arrière. Sur les arbres matures vous laisserez pousser les rameaux pour qu’ils se lignifient plus tard. Ils seront taillés une fois lignifiés pour permettre un bourgeonnement en arrière.